GHTopo et GHCaveDraw

GHTopo et GHCaveDraw

Séances topo dans le complexe de Langoiran I

29/09/2018: Carrières Souterraines de Langoiran I - Pied du Château (Langoiran, 33)

Démarrage de "Langoiran Project"

 

CASSOU Jean Pierre
ANTON Mickaël

 

Début de la topographie du réseau

 

Coup d'envoi pour Langoiran Project. Je rejoins Mickaël à Bouliac puis on file au "Pied du Château", à Langoiran, où se trouve une des entrées du réseau.
Mickaël me trace un itinéraire en suivant le fléchage en place. Comme toute sortie de début de projet, il s'agit de tracer des cheminements de prise de contact: très longs, laissant de nombreux points d'interrogation, un peu arbitraires.
Pendant que je topote, Mickaël revient une heure plus tard. Il m'a tracé un itinéraire qui aboutit à un terminus. Comme prévu, il ressort et, habitant à 6 km de là, me ramènera à Bordeaux dès ma sortie du réseau.
La progression est dans l'ensemble facile, sauf dans la zone terminale du tracé de Mickaël.
Au carrefour d'où part un important réseau sous la RD119, je démarre une antenne et je la poursuis jusqu'à une zone pénible. Le réseau continue avec du zeff, mais comme je suis en reconnaissance, pas question de faire du chiant d'emblée. Retour à l'axe principal non sans topographier une travée adjacente.
Au point topo 1.100, je change la batterie du casque et du terminal, mange un morceau et passe sur le DistoX2329. J'en suis à 1120 m de topo.
Je termine la série 1 au droit d'une étroiture. Ce sera pour plus tard. Je traite les diverticules de cette zone chiante mais qui développe pas mal. Un de ces diverticules passe de l'autre côté de l'étroiture de la série 1; je reprends cette série jusqu'à un terminus.
Au point noté 14h50, je lance une série 22 qui dessert pas mal de secteurs. Le compteur affiche 2017 m mais je décide de finaliser le coin, la progression y étant difficile.
Une série 44 partant de 22.21 mène, après un tas de sable, à une longue galerie qui continue loin. Je mets un arrêt topo. Au retour, je finalise quelques diverticules. 2.250 m de topo sont dans mon terminal et je ressors du réseau à 00h30.
Coup de téléphone à Mickaël puis celui-ci me ramène à Bordeaux.

Séance: STS-01
TPST 10 h
Topo du jour: 2.251 m

 

20/10/2018: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean-Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

TPST 11 h (STS-02)
Topo du jour: 2.133 m
Total topo: 4.385 m

 

 

29/12/2018: Carrières souterraines de Langoiran I (Pied du Château)

CASSOU Jean Pierre
ANTON Mickaël

 

Poursuite de la topographie du réseau

Michaël disposant de deux pieds à terre me propose de faire un tour à Langoiran et c'est parti pour une séance topo 'grand format'. Pour Michaël, ce sera repérage puis prospection en extérieur; il viendra me reprendre après la séance topo.
Première partie: Un réseau en 1.22, vite terminé sur murs récents (remblayage sous la RD119)
Ensuite, on attaque du complexe en 1.46; je topote tout ce qui est à topoter. En série 61.10, le parcours revient vers l'axe principal, un passage bas de plafond et je stoppe à un carrefour sur du complexe. On traitera depuis l'axe principal.
Changement de DistoX après avoir traité le secteur, et je démarre une série 197 qui débouche après deux chatières sur une galerie ventilée que je suis sur 570 mètres. Je pose un arrêt topo en 197.87 après avoir passé les 2000 m. Noter de belles fistuleuses en 197.60.
Je retourne en 197.6 et démarre un itinéraire en direction de la sortie. Cà barre de partout, et je me base sur le plan affiché dans mon terminal pour m'orienter. C'est la série 209 qui reliera la série 197 et l'axe principal. Le parcours est confortable et me permet de zapper les étroitures.
Je viens de passer les 2350 mètres, et je décide de faire tomber mon record topo. Quelques séries et bouclages, et je raccorde la série 209 sur la 146.1.
Sortie à 04h45, et Michaël est déjà au parking.
Record topo et TPST pulvérisés et nous rentrons sur Bordeaux.

 

 TPST 13h45
Topo du jour: 2.496 m (2.502 m après qualification des data)
Développement du réseau: 6.885 m

 

12/01/2019: Carrières souterraines de Langoiran I (Pied du Château)

CASSOU Jean Pierre
ANTON Mickaël

 

Poursuite de la topographie du réseau


Même format de sortie que le WE précédent. Une grosse pétée est prévue. Au menu: topo dans le plein est depuis l'entrée du château (Langoiran I.2).
Je rejoins Mickaël à Bouliac puis on file à Langoiran. Quelques amis avec enfants de Mickaël font une petite visite de la zone d'entrée du réseau.
J'ouvre les hostilités avec une série 291 qui va me servir de dorsale. Mais un courant d'air et un fil d'Ariane vont modifier quelque peu le programme.
En 291.38, une galerie ventilée (série 303) et confortable s'offre à moi et j'en fais la topographie. Cependant, elle revient rapidement plein Ouest, et de nombreux réseaux sont traités, et je jonctionne en 51.38. Il est 19h et il y a déjà plus de 1.100 m dans le terminal.
Je repars vers l'est par un autre parcours via une grande salle qui a tout d'une grotte naturelle: volumes, éboulis, concrétions, boyau et trémies.
Reprise de la série 291, on va 'faire des mètres' et je délaisse de nombreux départs jusqu'à un arrêt topo provisoire en 291.58.
Je cherche à rejoindre la série 1 et je démarre une série 362 ventilée. Cà continue à filer plein Est mais en 362.18, j'emprunte un itinéraire fléché, et cà remonte effectivement vers le nord, mais une quinzaine de visées plus tard, l'itinéraire se dirige franchement plein Ouest et je jonctionne en 291.42 après avoir fait tomber mon record topo précédent.
Je décide de rentrer, et en 291.18, une série 366 file droit vers le point 51.20 mais ... queute à moins de 5 m du point espéré !.
Rollback en vue via les séries 291 et 51. Comme il faut reparcourir les 38 visées de la série 51 pour rejoindre mon kit, je tente une sortie par Langoiran I.2. Comme prévu, la grille est fermée, mais un mur est escaladé. Passage de l'autre côté, je téléphone à Mickaël puis je me déséquipe dans l'entrée (pendant que je suis allé récupérer mon kit, les grilles ont été ouvertes par le personnel ...)
Retour à Bordeaux, record topo pulvérisé ...

 

TPST 13h30

Topo du jour: 2.587 m
Développement du réseau: 11.722 m

05/01/2019: Carrières souterraines de Langoiran I (Pied du Château)

CASSOU Jean Pierre
ANTON Mickaël

Poursuite de la topographie du réseau


Je rejoins Mickaël à Bouliac puis on file à Langoiran.
Au programme de cette séance: finalisation d'un secteur et poursuite de la topo des réseaux Est.
Michaël fait son propre programme et me récupèrera dans la nuit.
Je commence par finaliser un secteur vers 215.6. C'est vite plié, une centaine de mètres et je file en 197.87 pour poursuivre la topo de cette série et des réseaux qui s'y accrochent.
C'est assez bas de plafond mais en bon état. En 197.114, je tombe sur un très beau concrétionnement (fistuleuses, gours cristallisés, perles) que je prends en photo. Ensuite, je cherche un peu mon chemin: le zeff provient de plusieurs endroits. Je fait passer la série 197 dans un réseau assez fracassé. Des passages étroits où le courant d'air est très net donnent sur un étage supérieur bas de plafond et fracassé. Je laisse çà pour une autre séance. J'y laisse quelques départs pénibles.
Retour en 197.118, je démarre la topo d'un axe en suivant le fléchage orange et le courant d'air (série 255). Cà file plein Est et je trouve des cônes de signalisation auxquels je ne touche pas. La température est plus basse et j'arrive à une entrée.
Pointage GPS avec mon portable, et je repars dans le réseau.
Je topote les parages de cette entrée et je fais refermer la série 255 sur elle-même en 255.41 après 80 visées. A revoir.
Changement de DistoX et de batteries, il est 22h.
Une série m'amène à une autre entrée, mais comme la maison est directement en face et que tout est allumé, je reste dans la carrière et je fais un tir de 10 m vers l'entrée. Je poursuis la topo en vue de finaliser le secteur mais comme çà file de partout, ce sera pour une autre fois. 2.200 m au compteur, il est 01h30, je retourne à l'entrée principale après avoir topoté quelques culs de sac. 02h20: je suis près de mon kit mais comme Michaël doit me récupérer à 3h20, je fait quelques visées çà et là pour passer le temps. Extinction des appareils à 02h45, j'attends au chaud et Mickaël me ramène à Bordeaux avant d'aller au travail.

 

TPST 12h30

Topo du jour: 2.250 m
Développement du réseau: 9.145 m

 

19/01/2019: Carrières souterraines de Langoiran I (Pied du Château)

CASSOU Jean Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

Même format de sortie que le WE précédent. Une grosse pétée est prévue. Au menu: topo dans le plein est, à partir de 291.20 (itinéraire gris de Michaël).
Après avoir rejoint Michaël, celui-ci me dépose au Pied du Château puis repart.
J'emprunte la série 59 pour rejoindre directement la série 291, après avoir fait tomber un mur.
En 291.34, je topographie l'itinéraire gris, en traitant les diverticules à main droite, ainsi que de nombreux petits quartiers. J'aboutis ainsi en 1.58, délimitant une vaste zone à traiter ultérieurement.
Peu avant cette jonction (371.64), je débute un itinéraire 416 plein Est. Il y a des mètres et on va faire un max d'étendue. En 416.66, je change de niveau et je trouve un cheminement Bureau des Carrières que je vais suivre: j'ai plus de 1.900 m dans le terminal, et il faut penser au retour.
Je laisse tous les départs et le cheminement part plein Nord sur une centaine de mètres (416.79). Je laisse le départ à droite et je suis le cheminement BdC. Celui-ci me ramène au point 1.86. Jonction et fin de la séance. 2.400 m de topo dans la musette, et je ressors vers 01h45. Michaël, prévenu, me ramène à Bordeaux dans la foulée.

 

TPST 12h

Topo du jour: 2.401 m
Développement du réseau: 14.126 m

 

26/01/2019: Carrières souterraines de Langoiran I (Pied du Château)

CASSOU Jean Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau


Même format de sortie que le WE précédent, mais avec entrée dans le réseau à midi.
Au menu: Topo à partir de 416.72 en suivant un itinéraire Bureau des Carrières. Cà devient assez vite bas de plafond et de progression pénible, mais les visées sont longues et comme c'est jonché de cailloux souvent bien placés, je n'ai qu'un seul passage à faire (contre trois si on utilise les cônes) et çà avance assez vite.
J'arrive sur un niveau inférieur partiellement inondé et je fais de très longues visées (tirs) pour les galeries inondées dont certaines sont accessibles par leurs extrémités.
En 437.62, un superbe réseau concrétionné est topographié, et en 437.65, j'arrive à un carrefour avec marquage 'Jonction vers entrée Pied du Chateau - BCS - CT, GDL 2015'.
Je continue à suivre le marquage mais il yn en a plusieurs, et je boucle à plusieurs reprises en ayant laissé de nombreux départs. Je viens de dépasser mon record précédent.
Au retour, poursuite de la topo de la série 421, qui me ramène en 416.12.
Je viens de passer les 2750 m de topo et je ressors dans la foulée. Il est 00h20.
Ce très bon score est dû aux sections basses de plafond (une seule passe et non trois), aux très nombreuses galeries rectilignes et/ou inondées dont on visualise la totalité des parois et qu'on peut mesurer depuis une extrémité, et à la longueur moyenne élevée des visées.

 

TPST 12h20

Topo du jour: 2.751 m
Développement du réseau: 16.877 m

 

02/02/2019: Carrières souterraines de Langoiran I (Pied du Château)

CASSOU Jean Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau


Pour cette 8e séance (et la 6e consécutive depuis Noël), l'objectif est de poursuivre la topo des secteurs autour de 437.65, d'où partent de nombreux réseaux.
Arrivé en autocar Transgironde 501, j'entre dans le réseau à 12h45 et effectue le long trajet vers l'objectif.
En 416.64, je décide de démarrer un cheminement 522 qui semble se diriger vers le sud. C'est bas de plafond sur tout le parcours, aussi je topographie tout ce qui peut l'être.
En 522.15, je lance une série 535 qui se dirige vers la série 416. C'est confortable mais je suis arrêté par des murs. Sur ma gauche, une longue travée s'offre à moi, mais je la topoterai plus tard. Cette série m'évitera toute la section 522 jusquà la station 15 en plus de raccourcir le trajet.
En 522.26, je lance une série 546 qui dessert de nombreux diverticules avant de queuter sur un mur infranchissable et indémontable.
Poursuite de la série 522 et j'aboutis sur une galerie déjà référencée par le Bureau des Carrières. Je trace une série 569 qui aboutit à une entrée dans un roncier. Je topographie tout ce qui est à main droite et une série 577 m'amène à une autre entrée plus confortable. Il est 20h25 et je la pointe au GPS.
Une série 580 basse de plafond queute sur des diverticules.
Une série 585 me permet de finaliser le secteur via une grande salle et reboucle en 569.40.
En 569.23, une série 597 se dirigeant vers l'ouest est démarrée. Elle reçoit une 594 venant de 569.28. Quelques diverticules et un mur m'amènent à un carrefour en 597.20. Un violent courant d'air provient d'un tunnel surbaissé. Je lance une série 604 jusqu'à un mur; c'est grand derrière et çà prend la bonne direction pour le retour.
Je poursuis la topo par le tunnel qui fait 1.20 m de haut par 1 m de large. Le sol est assez boueux. En 597.28, je franchis un mur percé et le tunnel devient un laminoir de 50 cm de haut. J'aboutis ainsi à une autre entrée.
Je fais une reconnaissance afin de sortir de la propriété. Un simple mur est à franchir. Récupération des cônes et je rejoins le Pied du Château par la route. Je me suis économisé plus d'une heure de trajet.
Il est 23h50, et j'ai plus de 2.400 m de topo.
Comme convenu, Michaël me ramène à Bordeaux

 

TPST 11h30

Topo du jour: 2.436 m
Développement du réseau: 19.320 m

16/02/2019: Carrières souterraines de Langoiran I (Pied du Château)

CASSOU Jean Pierre
ANTON Michaël

 

Poursuite de la topographie du réseau

 
Après l'entracte lourdais, on reprend les travaux à Langoiran. Au programme: Poursuite de la série 291 et topographie de la zone entre 291.60 et 604.1.

Peu après le démarrage de la séance topo, on fait quelques photos d'une superbe salle concrétionnée en 291.63 puis Michaël me trace des itinéraires, dont un qui aboutit à la série 416, c'est à dire un bon cheminement, puis ressort.
Je poursuis la topo de la 291 en essayant de finaliser les départs à main droite. Un réseau concrétionné et effondré à deux niveaux s'offre à moi, et çà ressemble à de la vraie spéléo: éboulis, chaos de blocs, concrétions, étroitures, eau.
Un niveau bas est topographié et débouche sur une entrée mais une étroiture me barre le passage.
Finalisation et je passe au départ suivant en 291.71. C'est un étage classique qui redonne sur le secteur effondré topographié précédemment.
En 291.85, je topographie une petite boucle et je choisis de poursuivre par une descenderie qui me fait changer de niveau.
Je suis dans du haut de plafond (très rare dans ce réseau) et je fais partir une série 643 en 291.92. Elle me conduit vers la même entrée que le réseau effondré. Un roncier défendant cette entrée lui ôte tout intérêt.
Retour en topographiant tout ce qui peut l'être et une réseau de bon développement est traité. Il jonctionne en 604.1 comme espéré, de plus, c'est très confortable. Je poursuis la série 291 en suivant un fil d'Ariane et je m'arrête devant un mur percé à poursuivre.
Sur le chemin du retour, je choisis de suivre l'autre côté du fil d'Ariane et après 160 me de progression (série 675), je suis arrêté sur une zone inondée avec le fil d'Ariane qui continue.
Demi-tour, il est 01h, je me dirige vers la sortie et un petit cheminement est ajouté au passage de la boucle 362.

Sortie vers 02h15, Michaël me ramène à Bordeaux.

 

TPST 12h

Topo du jour: 2.343m
Développement du réseau: 21.663m

 

23/03/2019: Carrières souterraines de Langoiran (Pied du Château)

CASSOU Jean Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

Pour cette sortie de reprise de la topo, je prends le car 501 pour Langoiran en début d'après midi et j'entre dans le réseau après avoir croisé un groupe de randonneurs. Comme mon DistoX me démange, je commence par la topo d'un secteur proche de l'entrée (1.15) et je vais ainsi topographier dans un trajet aller. Je suis en fait un itinéraire tracé par Mickaël, en finalisant tout ce qui est à ma droite. Je boucle en 371.14 (800 m de topo environ) et je passe à la boucle 362 dont je prévois de finaliser l'intérieur. Deux heures après, c'est chose faite et je démarre une série partant de 362.28, signalisée par Michaël et devant aboutir en 416.45. Je finalise tous les diverticules jusqu'en 944.17 où tous les départs donnent sur des zones complexes. En 944.27 (Carrefour Gamin), je quitte le cheminement principal sur la foi du fléchage de Michaël. Un petit labyrinthe est finalisé au passage, et je me rapproche de la série 416. Petit bouclage 968 d'où part une galerie. J'entends liquider ce petit secteur mais le boyau donne sur un joli quartier. A marquer en POI (Point Of Interest) pour la session suivante. Je jonctionne effectivement en 416.45. Sur le chemin du retour, finalisation de l'intérieur de la boucle 421 (Le Bateau du capitaine Pécout) puis quelques travées pour passer la barre des 2200 m. Une traverse 989 relie la série 416 à la série 1, et je termine la séance par quelques visées de finalisation.

Sortie à 02h40, et Michaël, prévenu, me ramène à Bordeaux.

 

TPST 12h30

Topo du jour: 2.309 m
Développement du réseau: 23.970 m

 

20/04/2019: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

TPST 10h30

Topo du jour: 2.325 m
Développement actuel: 26.290 m

 

11/05/2019: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau


Pour cette semaine au format usuel BOULOT - **DO - TOPO, la poursuite de la topographie des réseaux internes aux grandes boucles de la zone d'entrée.
Je commence par un complexe au sut de la série 1 qui est assez vite traité et permet d'éviter le salon qui a été construit au point 1.38. Ce secteur terminé, je passe à un réseau situé en face. C'est confortable et le travail avance suffisamment vite pour passer largement le kilomètre avec la première batterie du casque. Jonction en 3.6 sans avoir finalisé, et je décide de finaliser la fin de cette série, pressentie comme pénible de parcours.
C'est finalement moins éprouvant que prévu, par contre, çà développe pas mal, probablement plus d'un kilomètre. En fait, les 2400 m sont déjà dépassés et le travail avance assez rapidement. Nouveau changement de batterie et un coup d'oeil sur la pendule: 1h20. Je m'octroie une heure de topo supplémentaire et je vais finaliser une zone entre les séries 1, 4 et 106 (réseau Voitures).
Ce secteur regorge d'épaves de voitures anciennes (dont une 4 CV) et de ferrailles mais la boussole reste imperturbable, avec une très bonne fermeture de boucle (la perturbation ferromagnétique d'une boussole varie à raison inverse du cube de la distance). Il reste quelques visées à finaliser dans du bas de plafond mais comme je dois repasser dans le secteur et que le terminal rame franchement, je plie bagage.
Sortie du réseau à 02h45 et Michaël me ramène chez moi.
De retour aux pénates, je constate que j'ai fait 2700 m de topo (contre 2630 m estimés) et surtout que les parties manquantes du secteur Voitures, encerclé de toutes parts, représentent moins de 50 mètres ...
Cette sortie topo arrive en seconde place en terme de métrage, et au premier rang en terme de mètres à l'heure.

 

TPST 12h

Topo du jour: 2.701 m
Développement actuel: 28.984 m

 

18/05/2019: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean Pierre
PELAT-ALLOIN Sylvain

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

Arrivée au Pied du Château avec le bus 501, je m'équipe et 15 minutes plus tard, Sylvain arrive et nous faisons connaissance.
Objectif du jour: finir le réseau des Voitures et le secteur 731, entre autres, laissés de côté lors de la séance précédente.
Démarrage des appareils et le secteur Voitures est plié. On passe ensuite au secteur 731 qui est traité méthodiquement; Sylvain voit ainsi comment se fait la topographie informatisée d'une carrière. Une petite pause au "bar" situé en 1.36, Sylvain ressort du réseau et je laisse un petit pourboire. Mon plan indique une zone vierge autour du bar, qui est topographiée dans la foulée.
Secteur suivant en 1.79: Il s'agit du gros morceau, c'est complexe et bas de plafond dans l'ensemble. Plusieurs jonctions avec le secteur 128 sont établies, ainsi qu'une jonction en 3.24. Jusqu'au méridien du point 416.104, tout ce qui est au nord de la série 1 est finalisé.
Sortie vers 3h30 et Mickaël me ramène à Bordeaux.

 

TPST 13h

Topo du jour: 2.521 m
Développement actuel: 31.506 m

25/05/2019: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

On continue dans les formats standard BOULOT - **DO - TOPO avec, donc, de la topographie au programme du samedi.

Objectif du jour: les réseaux qui gravitent autour de 1.102 et de la série 416 Nord.
On commence par un réseau partant de 1.100, bien confortable, qui rejoint la série 416 quelques dizaines de mètres plus loin en 1.90, 416.112 et 416.115.
En 1.102, çà file plein est mais çà s'abaisse aussi. Quelques diverticules et c'est plié.
Prochain arrêt: départ en 416.104, après avoir topographié un diverticule en 416.108 et positionné un repère en 416.110 (réseau à main gauche à topographier). C'est bas et pénible à parcourir (hauteur moyenne: 1.50 m), bien dendritique (ce qui signifie qu'il y a très peu de bouclages et qu'il faut donc reparcourir en sens inverse) et plein de diverticules. Une jonction est établie en 41.7 et toute la zone est traitée sur une jonction en 416.80.
En 416.89, un petit secteur à main gauche est topographié et redonne en 416.82.
Poursuite du réseau proche de 416.80, çà ressemble à des diverticules et une branche 1171 est topographiée. Je poursuis la série 1131 et je laisse un départ en 1131.17. Cà ressemble toujours à des culs de sac mais çà barre de partout. Une série 1174 est lancée et ... continue de plus belle. En 1174.8, je franchis une étroiture ensablée et un important réseau se développe avec des départs partout et surtout, je tombe sur une galerie comportant une profonde ornière centrale qui est ventilée et file loin. Arrêt topo: je pense pouvoir atteindre cette zone depuis un autre endroit.
Poursuite de la 1131, toujours aussi basse, et je pose un arrêt topo 1131.44 au niveau d'une patte d'oie. Il est 01h20 et je plie bagage: 10 h de topo en mode "Le Bossu de Notre Drame", et la barre contractuelle des 2.000 m dépassée, ce sera bon pour aujourd'hui.
Sortie à 02h30 et Michaël me ramène à Bordeaux.

 

TPST 12h

Topo du jour: 2.172 m (moins de 1.60 m de hauteur sous plafond dans la quasi-totalité des réseaux topographiés)
Développement actuel: 33.675 m

 

01/06/2019: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

TPST: 13h30
Topo du jour: 2.722 m
Développement actuel: 36.402 m

15/06/2019: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

Retour au format classique BOULOT - **DO - TOPO après le congrès de la Ciotat; c'est aussi la dernière sortie avant le départ de Mickaël pour la Russie pour quelques mois.
Au menu: Topographie de l'intérieur de la boucle délimitée par la série 416.
Je commence donc par topographier tous les départs situés dans cette boucle. C'est assez bas de plafond mais très sain, et plus de 900 mètres de réseaux y sont topographiés.
Prochain arrêt: le terminus topo précédent dans la série 1131. La progression est pénible++ dans ce complexe dont la hauteur sous plafond ne dépasse pas 1.50 m. Cà s'arrête assez vite et plusieurs diverticules sont répertoriés.
En 1131.33, un important secteur ramifié est topographié, toujours de progression éprouvante. Comme il n'y a pas de bouclages, çà signifie que les cheminements doivent être parcourus de deux à quatre fois.
Arrêt suivant: le départ en 1131.26. Même type de réseaux que précédemment. Je fais passer le cheminement au plus évident via une galerie orniérée. Tous les départs sont topographiés jusqu'en 1358.26, lorsque l'alarme de 23h retentit (Mickaël devant partir dimanche soir, je prévois de sortir plus tôt). Une galerie de reconnaissance très basse, encerclée par deux autres cheminements et visible en totalité (notamment les murs) est "topographiée" via un tir de 37 mètres. Une autre galerie du même format subit le même traitement avec un tir de 33 mètres.
A partir de 1358.26, de nombreux départs se présentent et la galerie continue. Arrêt provisoire en 1358.38, il est minuit et je stoppe les appareils. Je suis à 1320 m de l'entrée et je dois reparcourir les 800 m de galeries en mode 'Bossu'.
Sortie à 01h00.

 

TPST: 10h30
Topo du jour: 2.535m
Développement actuel: 38.937 m

 

04/08/2019: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean-Pierre
PELLAT-ALLOIN Sylvain

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

Topographie en partant d'une entrée située près du cimetière de Lestiac, entrée jonctionnant en 569.41 et permettant un accès aisé aux réseaux Ouest

 

Topo du jour: 1.029 m
Développement du réseau: 39.966 m

TPST 5 h

 

10/08/2019: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean-Pierre
PELLAT-ALLOIN Sylvain
X Mélissa

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

Après une nuit d'inquiétude en raison du secours au Fiat Lux dans le MARGUAREIS, où mon frère effectue actuellement son 'pélerinage annuel', je suis rassuré par des messages Facebook et un appel de mon frère qui faisait partie de l'équipe de la victime.

C'est avec le coeur plus léger que nous partons en fin d'après midi pour Lestiac, où se trouve la voie royale vers les réseaux Est.
Nous reprenons la série 1425 et quelques visées plus loin, je fais un bouclage vers 1408.6 ... qui ne ferme pas bien du tout. Vérification du DistoX2329: il est complètement décalibré.
Je réinjecte les données de la dernière calibration, sans aucun résultat. Pourtant, l'appareil a parfaitement fonctionné le WE précédent, et seule une recharge batterie a été effectuée.
Je tente une procédure de recalibration sur place, mais au bout de trois tentatives durant lesquelles je perds le fil des 56 mesures à effectuer (la procédure est très énervante), je bascule sur le DistoX2395 qui fonctionne parfaitement.
Poursuite de la topo et les deux comparses partis en reconnaissance m'informent qu'ils ont jonctionné en 437.107
Il me reste encore du parcours à faire jusqu'à cette jonction que je fais par une série de liaison 1442. Quelques tirs de diverticules me donnent une centaine de mètres de développement.
Après la jonction, poursuite de la 1425 plein est, 1.60 m de hauteur en moyenne avec quelques relevées de plafond et abaissements de plancher bienvenus.
1475.76: Il est 22h10 et on se donne une heure de topo avant de faire demi tour. Sylvain me positionne les cônes puis part en reconnaissance.
La morphologie du réseau me permet d'accélérer la cadence et je suis déjà en 1425.101 lorsque les collègues reviennent; ils sont allés très loin et çà file de partout. Il est 23 heures, et ils se proposent de ressortir du réseau, étant d'accord avec ma propale d'atteindre le prochain quartier de manière à passer la barre des 41 km. Arrêt topo en 1425.111 et je prends le chemin du retour, non sans topographier trois boucles.

Topo du jour: 1.088 m
Développement du réseau: 41.056 m

Retour d'expérience du DistoX2:
- Attention aux décalibrages entre séances et lors des rechargements
- La procédure de calibration à 56 mesures est extrêmement pénible et énervante. Il doit très certainement y avoir une autre méthode d'étalonnage: la procédure de calibration du Phidgets 1056 (avec module 3x3x3), basée sur de très nombreuses acquisitions effectuées lorsqu'on fait tourner le module dans tous les sens, donne d'excellents résultats et est très supportable en cas de calibration en début de séance.
Un montage spécialisé semble indispensable pour réussir du premier coup sans prise de tête.

Quelques notes d'évaluation:
========================
Coût: 500 euros, acceptable vu les performances. 15/20

Robustesse: 18/20. C'est du solide et étanche

Compacité:
20/20.
Tient dans la poche. Tout est dit.

Précision:
18/20
Référence: Compas Universelle Chaix

Mesures 'one shot':
16/20.
L'atout maître de l'appareil. Longueur, azimut et pentes en un seul appui sur un bouton.
La note est pondérée en raison de l'absence d'horodatage des mesures, qui est très utile si on utilise le DistoX sans terminal.

Confort d'utilisation: 16/20, nuancé en raison d'erreurs de mesure 255 et 260 qui retardent considérablement une acquisition. De même un appui trop rapide sur /DIST\ provoque cette erreur au bout de 5 secondes.Dans un réseau terreux où le laser accroche très mal, un scan de parois y est très éprouvant.

Vitesse de mesures:
15/20
Il n'y a pas photo dans le cadre d'une topo spéléo usuelle.
Si on fait du scan de parois, la procédure est assez longue . Bien choisir les points

Mémoire de mesures:
02/20.
Il est impossible de consulter les mesures stockées, d'en effacer ou d'en déplacer
Capacité très insuffisante: 1.000 mesures en mémoire, c'est minime, même en spéléologie. De plus, les données sont difficilement récupérables; il faut écrire un programme spécialisé en C, C++, Pascal pour interroger l'appareil et récupérer puis traiter les trames binaires.
En topo carrières, 100.000 mesures est un minimum.

Clavier de commande:
10/20
Comme tous les dispositifs de ce type. Des combinaisons de touches à connaître, mais les fonctionnalités afférentes sont heureusement peu utilisées et peuvent être télécommandées par le terminal.

Procédure d'étalonnage:
01/20.
Un calvaire sans nom. 56 mesures à faire dans le bon ordre, sinon, 'redo from start'. Et après les 56 mesures, le calcul d'étalonnage couperet: Delta > 0.50 -> vous obtenez un bon pour 56 mesures supplémentaires. Eprouvant, et éliminatoire en contexte militaire.
Il est possible de sauvegarder les données d'étalonnage, mais la restauration de ces données pour recalibrage ultérieur ne sert à rien.

Connexion Bluetooth:
13/20 avec des terminaux M3. Cà marche très bien, les appairages fonctionnent du premier coup, mais il faut refaire la procédure de connexion en cas d'extinction du DistoX ou du terminal (bugs des deux côtés, et surtout entre les deux: la technologie BT est intrinsèquement boiteuse). Heureusement la procédure est rapide et sûre.

Avec des Raspberry, des PC ou des tablettes, c'est trop aléatoire, et les seuls problèmes de connectivité BT peuvent rendre le DistoX inutilisable en topographie informatisée en carrière souterraine.

Note globale:
===========
Avec une connectivité BT opérationnelle (avec le bon terminal), on arrive à une note de 16/20. Le confort est excellent.

Sinon, la note est ramenée à 12/20: les seuls avantages du DistoX par rapport à une solution compas classique + lasermètre de bâtiment (tous les lasermètres à plus de 100 euros mesurent maintenant les inclinaisons) sont:
- Mesures 'one shot'
- Robustesse
- Précision
- Compacité
ce qui constitue tout de même des arguments en faveur de l'achat du DistoX

 

31/08/2019: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean-Pierre

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

En ce dernier WE de vacances scolaires, beaucoup d'amis sont rentrés, dont Michaël qui me ramènera dans la nuit.
On reprend donc le format habituel de semaine bordelaise (BOULOT - **DO - TOPO). Objectif du jour: poursuivre la topo depuis la série 1425.
Après le traditionnel trajet en bus 501, j'ouvre la séance avec une petite boucle en 1425.96 qui referme sur 1425.90. Les DistoX ayant été recalibrés, les boucles fermeront très bien lors de cette séance.
En 1425.103, finalisation d'un diverticule latéral.
Continuation de la série 1425, le parcours, qui partait plein Est, remonte vers le Nord puis vers l'Ouest. Je poursuis cette série jusqu'au point 1425.160. De là, je topographie un réseau latéral (série 1469 et 1488) et je le finalise.
Je traite ensuite les réseaux à l'intérieur de la boucle de la série 1425: tous les passages limités par la série 1425 et le méridien de 1425.95 sont finalisés.
En 1425.116, je topographie un réseau filant plein Est. Arrêt topo sur un niveau inférieur bas de plafond (point 1507.18, réseau à poursuivre). Les collatéraux de ce secteur sont traités dans la foulée.
Sur le chemin du retour, topo de diverticules en 1425.133 et 1425.135.
En 1425.152, je lance une série 1475 desservant un important secteur et se referme en 1425.148.
En 1425.154, une série 1533 dessert la 1528 qui ramasse la 1428 avant de se terminer. La série 1533 sera à continuer.
En 1533.6, une série 1536 s'arrête provisoirement sur une zone pénible. A suivre.
Je reprends la série 1425, laissée au point 159, dans une grande galerie remplie de gros tas de guano. Je laisse un important départ en 1425.166 et poursuis dans un tunnel sans aucun départ latéral jusqu'à la jonction en 1442.4, qui est à une vingtaine de mètres du point 1425.60. Fin de la séance. Le parcours de la branche Nord de la série 1425 est beaucoup plus confortable.

 

TPST: 11h30

Topo du jour: 2.313 m
Développement du réseau: 43.370 m

 

07/09/2019: Carrières souterraines de Langoiran I

CASSOU Jean-Pierre
PELLAT-ALLOIN Sylvain
X Mélissa
X Mathieu

 

Poursuite de la topographie du réseau

 

TPST 8 h
Topo du jour: 1.720 m
Le réseau développe 45.093 m



23/09/2019
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres